mardi 19 juillet 2011

:: Discours pour le 15ème anniversaire de la Commune, par Friedrich Engels

« Le philistin social-démocrate a été récemment saisi d’une terreur salutaire en entendant prononcer le mot de dictature du prolétariat. Eh bien, messieurs, voulez-vous savoir de quoi cette dictature a l’air ? Regardez la Commune de Paris. C’était la dictature du prolétariat. » (F. Engels)

16 mars 1886

Citoyens,
Ce soir, avec vous, les ouvriers des deux mondes célèbrent l’anniversaire de l’événement le plus glorieux et le plus terrible dans les annales du prolétariat. Pour la première fois depuis qu’il y a une histoire, la classe ouvrière d’une grande capitale s’était emparée du pouvoir politique. Le rêve fut court. Écrasée entre les mercenaires ex-impériaux de la bourgeoisie française d’un côté et les Prussiens de l’autre, la Commune ouvrière fut écrasée dans un carnage sans exemple que nous n’oublierons jamais. Après la victoire, les orgies de la réaction ne connurent plus de bornes; le socialisme parut noyé dans le sang, le prolétariat rebelle réduit pour toujours à l’esclavage.